Pourquoi certaines femmes demandent aux hommes de les violer ?

Temps de lecture : 3 min

Tout le monde sait que le viol est un événement traumatisant pour les femmes l’ayant vécu. Mais paradoxalement, il existe également une minorité de femmes qui expriment aux hommes leur envie de se faire violer. Donc nous allons élucider ce qui peut sembler être une contradiction.

Ayant baisé avec près de 1 400 femmes, il s’avère que j’ai rencontré 5 femmes m’ayant demandé de les violer et à qui j’ai refusé leur requête pour des raisons de morale personnelle ainsi que de sécurité. La quantité peut paraitre insignifiante, néanmoins sur ce millier cela représente un ratio d’environ 0,3%. Et si vous élargissez ce ratio au nombre total de femmes qu’il y a en France, soit 34,6 millions, cela fait 103 800 femmes qui fantasmeraient de se faire violer. Et là, le nombre est déjà tout de suite plus important. À noter que ce nombre est probablement encore nettement inférieur à la réalité car il ne prend en compte que les femmes ayant exprimé ce fantasme, et non celles qui ont ce fantasme mais n’osent pas l’exprimer à cause de son image controversée.

Ensuite, parmi les sujets qui m’ont demandé de les violer, j’ai constaté 2 objectifs différents. Le premier étant de réaliser un fantasme chez la femme, et le second étant pour la femme de pouvoir piéger un homme.

LE FANTASME DU VIOL

Parmi les femmes avec lesquelles j’ai discuté de leur fantasme de viol, j’ai observé que le terme de viol était mal employé. Elles utilisent ce mot, mais ont une perception différente du vrai viol avec violence. Autrement dit, leur définition du viol est erronée car elles y mettent des limites. Elles la définissent plutôt comme une volonté de rapport de force, une domination de l’homme, une soumission totale de la femme, du dynamisme, un côté sauvage, bestial, etc.

Comme j’ai constaté que leur définition du viol était incomplète car il manquait ses contraintes, je leur ai demandées si elles accepteraient de se faire baiser par :
– un mec qui ne leur plaise pas,
un homme qui les menace avec une arme,
– un inconnu qui n’utilise pas de préservatif,
– un homme qui les mette dans le coma,
– un homme dont elle n’aura pas la certitude de vivre ou mourir dans les prochaines minutes qui vont suivre.
Et sans surprise, toutes les réponses de ces femmes furent NON.

Par conséquent, leur fantasme de viol n’est pas celui du vrai viol, et se rapproche plus d’une simple volonté de soumission mais en toute sécurité, avec un homme qui leur plaise, et uniquement dans les conditions qui leur conviennent.

C’est le même principe qu’au cinéma, où le public veut ressentir de la frayeur avec des films d’action ou d’horreur, tant qu’il est en sécurité dans son fauteuil. Mais dans un contexte réel, ce même public fuirait toutes ces situations effrayantes par peur de ressentir physiquement de la douleur ou de perdre la vie. Le fantasme du viol est dans la même lignée, avoir des sensations fortes à condition d’être en sécurité.

VIOL : DU FANTASME FÉMININ AU PIÈGE

fantasme du viol piège à homme

Il faut savoir que le fantasme du viol chez les femmes peut également être un appât pour piéger les hommes. Certaines femmes inciteront l’homme à la violence, par la séduction ou la provocation, afin d’avoir des traces sur le corps, puis crieront et protesteront suffisamment fort pour que le voisinage se transforme en futur témoin ayant entendu une contestation. Arrive ensuite 2 possibilités :
– Vous avez d’un côté des femmes qui souhaiteront faire chanter l’homme et lui réclameront de l’argent en le menaçant d’aller porter plainte à la police.
– Puis vous avez de l’autre côté, des femmes qui mettront l’homme en prison afin de s’en débarrasser soit pour des raisons personnelles, soit car cela a été commandité par une tierce personne.

Dans tous les cas, il sera quasi impossible pour l’homme de prouver à la justice qu’il s’agissait d’une simulation de viol avec un commun accord avec la femme, et non d’un vrai viol avec menace et contrainte.

CONCLUSION

Concernant les hommes, lorsqu’une femme vous exprime son fantasme de se faire violer, demandez-lui systématiquement ce qu’elle entend par viol.
Si vous estimez que sa définition du viol est erronnée, dites-lui bien qu’en fait, elle attend une baise bestiale et sauvage, et non un vrai viol. À ce moment-là, vous pouvez confirmer votre séance de baise mais tout en restant vigilant, et sans jamais dépasser certaines limites, même si elle vous le réclame.
Cependant, si vous estimez que sa définition du viol est correcte et qu’elle attend que vous la forciez, la frappiez, déchiriez ses vêtements ou autre, je vous déconseille absolument de le faire. Les probabilités d’avoir de graves problèmes seraient très élevées.

Quant aux femmes qui expriment ce fantasme, faites très attention aux conséquences que cela peut avoir. Ça peut très vite déraper si l’homme a une vision du viol plus violente que la vôtre, et que vous ne vous êtes pas mis d’accord au préalable sur certaines règles à respecter ou vos limites. Dites plutôt que vous aimez quelque chose de sauvage, de bestial, d’inattendu, mais évitez d’employer le terme de viol.

Maintenant que tout est clair, je vous souhaite à toutes et à tous… bonne baise !